Nos principes fondateurs

L’accompagnement des Hommes et des Territoires ne saurait trouver d’équilibre sans un travail d’analyse complexe de ce qui les relient et de ce qui fait sens commun. Les acteurs publics, les habitants et les institutions, étant pris dans des dimensions souvent diamétralement opposées, il convient de construire des espaces de conflictualité dans le but de produire des transformations, à la fois par l’analyse de ces systèmes, leur appréhension ainsi que le développement du pouvoir d’agir des habitants et des collectivités.

La question de la gouvernance des structures de l’ESS, entendue comme structuration des rapports entre les différentes parties prenantes autour d’un objet commun, s’est immiscée pour s’imposer comme élément fondamental, structurant et définissant leurs viabilités économiques dépendamment de l’évaluation de leurs qualités et de leurs services produits. Indéniablement ces nouvelles logiques sont à l’origine des tensions qui s’appliquent aussi bien sur les personnes que sur les organisations.

La tentation, dans un dogme de l’efficience, de normaliser cette complexité et codifier leur fonctionnement, est forte. Mais, les acteurs de l’ESS, tout comme les pouvoirs publics qui œuvrent quotidiennement auprès des femmes et des hommes, marqués indéniablement par leurs complexités, ne pourraient faire l’objet de logiques simplificatrices.

Aussi, nous pensons qu’il est important de construire un rapport d’appropriation de cette complexité et de cette tension qui s’exerce entre la prise en compte des formes de gouvernance des structures de l’ESS et des collectivités et la pression qui leur est demandée pour qu’elles se rapprochent des modèles du secteur marchand. Cela passera indéniablement par un travail d’innovation sociale, dont l’objet est le renforcement de pratiques ancrées dans les préceptes de l’ESS. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les courants de pensée de l’analyse des fonctionnements systémiques, la sociologie des organisations et du partenariat, et l’intermédiation sociale afin de construire des pratiques « chemin faisant » au service d’un développement territorial économique social et solidaire

 

 « L’ESS a toute sa place dans les organisations de l’économie. Quand elle est vertueuse, elle concourt éventuellement à les réformer en offrant en exemple des formes où la parole des différentes parties prenantes est mieux prise en compte » Philippe FREMEAUX

Nos principales références pratiques

 

CAIRN

 

AVISE et LABO de l’ESS

 

COORACE

 

UNIFORMATION

Nos références théoriques

 

Analyse systémique, sociologie 

de la transaction

 

Intermédiation sociale

 

Développement du pouvoir d’agir

 

Education Populaire 

Travailler les représentations

Considérer les acteurs comme des personnes

Adopter une posture de passeur

Construire un cadre d'analyse